Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

white_glassesSanlitun 15 years ago was a hole, a wasteland, nothing, some decrepit hutongs, an army-owned land with some sort of shantytown. A few run-down hutongs where Beijingers survived and some foreigners were looking for love in all the wrong places. The Village was far, far away from what it is now. The center of Beijing then as Jianguomen. Today Sanlitun  is the red-hot centre of the Fashion & Style universe in Beijing.

Dudes are not immune to a touch of fashion virus

Beijing, just as a quick reminder is roughly 20 millions people strong. Probably more if one takes into account the hundreds of ‘illegal’ migrants that arrive daily. The most conservative head-counts estimates the people living and working below the official radar at about 1 to 2 millions people, so that’s roughly half of Paris, and yet, the red-hot center of that universe, as far as fashion is concerned in concentrated on a tiny area know as Sanlitun.  Barely the size of the East Village, if that, it is the hub of Style and Fashion in Beijing. Galeries Lafayette Beijing will open in a few months in Xidan, in a land miles away from this white heat and I think they should start worrying now.  Many Luxury brands know that and have established their flagship there. From Lanvin, Marni, McQueen, MiuMiu, Balenciaga, Versace, Maison Martin Margiela, Louboutin, Alexander Wang, Armani etc… all the way to Starbucks, Uniqlo, Apple Store, MAC or Nespresso and Adidas or Esprit for the less-deep pockets they are all concentrated on these tiny acres. Hermes, no fool, hosted their recent « Swinging Silk » party in the heart of the Village.

So Sanlitun tiny as it is where one goes – Shopping, eating, drinking or buying books in the large brand new library « Page One » or to Colibri or Wagas for coffee, soup, fresh juice, a meeting or a job interview.

Purple_nails

The ‘only’ hotel is Opposite House, and its spa. When I am asked by friends and acquaintances why am I so fascinated by Chinese girls and their style, all I have to do is bring them there, get a chair outside by Colibri and wait as the world passes. Quite quickly, a Belle will be passing by.

IMG_0155

Magic.

b.

fluo

Sanlitun, il y a quinze ans, m’a-t-on appris hier soir, c’était pratiquement la campagne. Des hutongs sales, décaties, populaires dans le sens ‘modestes’, loin du centre qu’était Jianguomen. « Le genre rustique » dirait Audiard, avec certaines lanternes rouges pour faire la fête jusqu’au bout de la nuit. Aujourd’hui c’est LE centre de l’Univers pour la Mode et le Style à Pékin. « La rue de la Soif » est toujours là, avec ses bars à bouchons et son alcohol frelaté (et au bout de la rue le Lycée Français) mais l’emergence constante des malls, et autres boutiques de luxe va la réduire encore et encore pour laisser la place à la mode, aux bars branchés et restaurants à tapas.

Les cheveux assortis au Birkin assortis aux ongles. « Only in Beijing »

Pékin, il faut se le remettre en tête c’est 20 millions d’habitants. Un tiers de la France.

red_hair Dans la seule ville. En addition, on estime une armée invisible de « migrants » venus des quatre coins du pays à environ un ou deux millions… Pas comptabilisés, beaucoup vivent sous terre « la tribu des rats ». Dans cette seule ville Sanlitun c’est l’avenue Montaigne, Les Halles, le Marais et St Germain dans un seul périmètre de peut-être deux hectares. Les boutiques y sont empilées les unes sur les autres de Lanvin, Balenciaga, McQueen, Moncler, MiuMiu, Marni, Balmain, Louboutin, Armani ou BNC ou encore Maison Margiela en passant par le pendant chinois de Dover Street Market « Beijing Street Market ». Apple Store, Nespresso,  Starbucks, Adidas, Nike, MAC, Agnes B., Uniqlo, et Esprit sont aussi là pour les portefeuilles plus raisonnables.

Toutes les marques se disputent l’attention des passants. Mais ce n’est pas que du shopping mode pur, la plus internationale des librairies « Page One » vient aussi d’ouvrir ses portes et ne desemplit pas. Sanlitun c’est la destination obligatoire du Shopping de Pékin.

Hermes ne s’y est pas trompé puisque que c’est de la salle de concert de Sanlitun Village qu’ils ont fait leur formidable fête « Swinging Silks ». Galeries Lafayette Pékin, au fond de Xidan va,  je pense, pleurer des larmes de sang étant à l’autre bout de la ville, si loin de l’épicentre du « cool » pékinois.

I know I already published her, but she is beautiful and perfect for my point!

I know I already published her, but she is beautiful and perfect for my point!

Les seuls cafés où il faut manger une soupe bio, boire un latte soja ou un jus frais c’est Colibri ou Wagas (pour le prix d’un repas pour trois chez Mr Shi) et l’hôtel où dormir, nager, prendre un rdv ou se faire une beauté c’est l’Opposite House. Point barre.

Et du coup, forcément, c’est ma source préférée des Belles du Jour.

Si je devais exprimer sans parole et juste en images ma fascination et mon admiration pour le style et l’allure des jeunes chinoises de Pékin, cela serait sans aucune hésitation d’une terrasse, probablement Colibri, un samedi apres-midi. J’y traine tous mes amis en visite dans Pékin.

Porter un manteau vintage digne de « Dallas » ou « Working Girl », faut oser. Le porter bien, pas évident mais elle y arrive.

Voilà

b.

Merci de cliquer sur le LIKE de la page FACEBOOK de Fearless-in-beijing

http://www.facebook.com/pages/fearless-in-beijingcom/402584919787337

Thank you for clicking on LIKE on facebook (well… if you Like it nacht!)

A bientot

b